Je n’ai pas de problème de poids, merci!

 Nutrition…. Nutrition… Que vous évoque le mot NUTRITION? 

Les Calories? Garder la ligne? Maigrir? Rentrer dans le maillot de bain? Se faire un ventre plat pour l’été? Perdre les kilos accumulés pendant l’hiver? Retrouver son poids apres une ou plusieurs grossesses?

Pour la plupart d’entre nous, NUTRITION = RESTER MINCE, MAIGRIR

#plaisiretnourriture

Je n’ai pas de problème de poids, merci!

La nutrition, au sens commun. 

Vous est-il déjà arrivé de voir un nutritionniste parce que vous aviez les sinus congestionnés ou de l’eczéma de façon chronique? Cela vous semble dingue, n’est-ce-pas?

La nutrition, nous la voyons comme une discipline qui vise à analyser nos sources d’ énergie (les Calories) et nos sources de macronutriments (glucides, lipides, protides) dans un but de minceur et de paraître… Or, elle a bien plus à nous offrir!

Se nourrir, dans notre monde moderne. Au-delà de nous apporter de l’énergie et de nous permettre le contrôle de notre poids, se nourrir est notre première médecine. Notre société moderne nous le fait oublier. Nous avons tendance a considérer le pouvoir des aliments comme négligeable, voire ridicule.

Les médias, les médecins, le système pharmaceutique … Les médias et notre système de santé ne nous aident pas à valoriser les pouvoirs des aliments, en vantant les mérites des compléments alimentaires, boissons énergisantes et médicaments. Il est vrai que notre Terre n’est plus aussi riches en minéraux qu’autrefois et que nos légumes ne sont pas aussi nutritifs qu’ils le devraient. Est-ce une raison pour ne pas en manger du tout ? Les médicaments sont très tentants lorsque l’on se sent fatigué ou malade, n’est-ce pas? Personne ne dira le contraire; un médicament agit vite, et sauve des vies. Mais à la différence d’un aliment, le médicament n’est pas sans risque sur le long terme et son utilisation devrait être réfléchie (Vous me direz, les aliments d’aujourd’hui… C’est pareil! C’est un bon sujet pour un prochain article).

Je veux – Ici et Maintenant. Nous sommes dans un monde où nous voulons tout, et tout de suite. Nous ne savons plus patienter. Une blessure suite à l’entraînement ? Et nous voilà déprimés car incapables de suivre le Body Attack pendant 3 semaines. Vivent les anti-inflammatoires, qui enlèvent la douleur! Un coup de fatigue, et nous voilà drogués au café… Notre corps n’est pourtant pas une machine. Il s’adapte incroyablement bien à son environnement, mais ne tirez pas trop sur la corde.

La nutrition, notre première médecine

Hippocrates, père de la Medecine, a lui-même dit « Que ta nourriture soit ta médecine et ta médecine, ta nourriture ». Le Larousse en ligne définit aussi la nutrition en rapport avec la santé.

La Nourriture vous rend plus sain ou moins sain

Je ne sais pas tout du corps humain – D’ailleurs, qui sait tout? – en revanche, j’ai beaucoup appris ces 3 dernières années (et je continue d’apprendre) et je voudrais partager mes connaissances avec vous.

Comme le disent Dallas et Melissa Hartwig dans leur livre It Starts with Food, « Les aliments que vous mangez vous rendent plus sain ou moins sain. Ce sont vos options ».

Que signifie « plus sain » ? Lisez la suite…

En quoi notre nourriture peut-elle nous aider? 

Voici quelques exemples, que je vais tenter d’illustrer. Si vous suivez mon blog, ces sujets seront abordés de façon plus approfondie dans les mois à venir.

  •  De l’ énergie de facon stable tout au long de la journee. Les pics d’hypoglycémie, que ce soit au boulot, pendant une activité intense ou pendant une épreuve sportive peuvent etre gérés avec une alimentation appropriée. Il n’est pas normal d’avoir des coups de barre monstrueux, une sensation de fatigue dans vos membres et la tête qui tourne chaque fois que l’heure du repas approche, ni même pendant un effort ou juste après. Même si vous vous dîtes « J’ai tendance à avoir des hypoglycémie, ce n’est rien ». Non, ce n’est pas normal mes amis!. Si votre consommation de sucres est elevée, votre corps passe son temps à vouloir rétablir l’équilibre en matière de taux de sucre dans le sang. Vous passez d’un état d’hyperglycémie à un état d’hypoglycémie en permanence. A court terme, vous ne pouvez pas profiter de la vie. A moyen terme, vous mettez en danger votre corps avec un taux de sucre dans le sang souvent trop élevé (risques pour le foie, le pancréas, les reins, les vaisseaux sanguins, le cerveau et le système nerveux), vous prenez du poids et devenez résistant à la leptine ( l’hormone qui régule l’appétit et contrôle la satiété). A long terme, vous risquez la résistance à l’insuline et le diabète de type 2 (votre corps ne peut plus produire d’insuline).
  • Un sentiment de satisfaction et de satiété durable, au lieu d’une envie permanente de grignoter ou d’un besoin de sucre à la fin de chaque repas, par exemple. Toutes ces envies qui surviennent brutalement sans même que vous ayez faim ne sont pas favorables au maintien d’un poids de forme et d’une bonne santé. Ces envies sont souvent des images mentales qui vous font saliver pendant des heures. Rien que d’y penser, vous imaginer la satisfaction qui en ressort! (ça c’est la dopamine, un neurotransmetteur qui intervient sur le circuit récompense – plaisir) Et ce n’est pas de votre faute! Votre cerveau vous joue des tours. Le problème, c’est que dans notre monde moderne, ces envies se portent sur des aliments dépourvus de nutriments (chips, chocolats, tartine de nutella, biscuits, céréales, par exemple) Ces aliments n’apportent pas de satisfaction nutritionnelle pour votre organisme, encore moins de sentiment de satiété (même si vous lisez sur le paquet que le produit est « enrichi » en Vitamines et Minéraux). On n’arrive plus à s’arrêter, et on surcharge son organisme avec des calories vides . Il est aussi possible que ce soit votre flore intestinale endommagée qui provoque ces envies de sucre, car certaines bactéries prolifèrent grâce au sucre. Et là encore, malgré toute votre bonne volonté, ce sont vos entrailles qui gouvernent et prennent le dessus!
  • Une digestion sans accroc, apres chaque repas. Une sensation de lourdeur apres chaque repas ne relève pas de la norme. Un sentiment d’urgence avant d’aller à la selle n’est pas normal. Le syndrôme du colon irritable, les reflux, la constipation ou la diarrhée chronique sont des signes que votre système digestif n’est pas en forme. Savez-vous que le Syndrôme du Colon Irritable pourrait être le signe d’une intolérance au gluten non coeliaque? Autrement dit, même si vous n’avez pas la maladie coeliaque, vous êtes peut être intolérant au gluten et cela peut se manifester de diverses façons. Cette piste de recherche n’est pas bien connue des médecins, mais sachez que l’impact de la consommation de céréales commence à être à l’origine de nombreux débats. Regardez l’extrait de cette récente étude en anglais.
  • Une bonne absorption. Regardez le dessin ci-dessous. Vos selles se rapprochent-elles de la catégorie 3 ou 4 ? Si ce n’est pas le cas, il y a certainement un problème.

Bristol_Stool_Chart

  • L’atténuation voire la suppression des problèmes d’infections urinaires,  des candidoses vaginales qui vous gachent votre vie intime. Votre flore vaginale est complètement liée à votre flore intestinale. Pour information, les candida prolifèrent avec le sucre (= le sucre blanc, les produits sucrés, le pain, les céréales, les fruits, sont des sucres).
  • Une atténuation voire une suppression du syndrome prémenstruel et des déséquilibres hormonaux. Le syndrôme prémenstruel peut être lié à des déséquilibres oestrogène-progesterone. Une dominance oestrogénique pourrait etre causée par un foie fatigué. Pour aider le foie à faire son travail (à éliminer les estrogènes) une stratégie consisterait à augmenter ses apports en choline (oeufs, foie, poisson et viande). Une flore intestinale endommagée interfère aussi sur la capacité du corps à éliminer les estrogènes. La surconsommation de phyto-oestrogènes (soja, légumineuses, graines de lin) et les toxines environnementales (pesticides et autres composés chimiques) peuvent altérer le système endocrinien (hormonal). La santé des neurotransmetteurs jouent aussi un rôle majeur. Un manque de protéines peut affecter la production de certains neurotransmetteurs et ainsi affecter la production d’hormones. L’inflammation systémique est aussi un facteur à considérer, car dans cette situation où le corps produit du cortisol, les productions hormonales féminines déclinent (oestrogène – progesterone)
  • Un sommeil réparateur. L’heure de vos repas, l’état mental dans lequel vous manger et les aliments que vous ingérez affectent votre sommeil. Savez-vous que le chocolat contient de la caféine? Savez-vous que mangez du fromage au dîner pourrait vous empêcher de dormir (à cause de la tyramine). Vous arrive-t-il de transpirer abondamment pendant la nuit? Avez vous fait la connexion avec ce que vous mangez le soir?
  • Une clareté d’esprit en permanence, un bien-être mental. Les intolérances alimentaires que vous ne soupconnez pas peuvent être responsables de maux de tête, d’une sensation d’avoir le cerveau dans le brouillard. Des déficiences en nutriments peuvent être responsables. La bonne santé des neurotransmetteurs dépend de vos apports en certains acides aminés (protéines), en choline, en vitamine B5. Un déséquilibre hormonal empêche par exemple la production de sérotonine (le neurotransmetteur qui joue un rôle majeur sur la venue du sommeil, le comportement réfléchi et prudent, entre autres).
  • Une belle peau – sans bouton, sans vergeture et lumineuse- , de beaux cheveux, de beaux ongles. Et mesdames, la cellulite n’est pas qu’une affaire de sport! Mangez-vous des aliments riches en collagène? (non, ne mangez pas votre crème anti-rides…)
  • Une meilleure circulation sanguine, moins de varicosités
  • Une amélioration de votre tension artérielle
  • Une amelioration de votre performance physique
  • Une amelioration de votre libido et de votre capacité à prendre du plaisir et à avoir des orgasmes
  • Une aide pour favoriser la conception
  • Une aide par rapports aux effets de la ménopause
  • L’atténuation des effets secondaires des médicaments
  • Un complément ou un substitut a vos thérapies médicamenteuses pour améliorer votre état de santé quelle que soit la situation. Les gens atteints de maladies autoimmunes,  ceux qui sont allergiques, fatigués en permanence, dépressifs et même les malades du cancer peuvent trouver de l’aide en se nourrissant mieux.
  • Un poids de forme et un taux de masse grasse idéal sans même compter les calories

La liste est longue n’est ce pas ? 

Qu’en pensez-vous? Quelles sont vos premières réactions? N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

Seriez-vous prêts à manger mieux pour vous sentir mieux? Sinon, pourquoi? 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s